Lechat de la Voisine, généalogie brito-angevine

Articles

Actualité des guerres de Vendée

Image
Vendéens, Manceaux, soldats républicains, les trois hypothèses sont plausibles.

« Des charniers de Vendéens au Mans » titrait ce matin Matthieu MARIN dans son article sur ouest-france.fr. La nouvelle est pour le moins surprenante, plus de 215 ans après la fin des guerres de Vendée, ce sujet d'actualité redonne un coup de projecteur sur cet épisode trouble de l'Histoire de France que Pierre PÉAN traîte d'ailleurs dans son dernier livre, « Une blessure française ».

Les archéologues ont situé dans l'Histoire ces charniers découverts en plein centre du Mans. Il s'agirait donc de Vendéens ou républicains victimes d'une bataille d'un des épisodes les plus sanglants des guerres de Vendée, la Virée de Galerne.

Alors que les Vendéens rencontrèrent une première déroute le 17 octobre 1793 à Cholet, leurs généraux décidèrent de rejoindre les côtes de la Manche pensant trouver le renfort des Anglais dans leur révolte contre les abus de la toute nouvelle République française.

Jusqu'à 100 000 personnes dont 40 000 combattants auraient suivi cette caravane déboussolée de Cholet à Grandville puis de Grannville jusqu'au marasme de Savenay en passant par Le Mans. En effet, entre le 10 et le 13 décembre 1793, l'armée catholique et royale (Vendéens), dont les pertes humaines sont déjà considérable, va livrer une énième bataille contre l'armée républicaine. Elle connaitra une nouvelle défaite faisant 10 000 victimes. De là, on peut imaginer que des charniers ont été creusés au Mans pour y déposer les nombreux cadavres. Outre les affrontements entre « blancs » et « bleus » et les exécutions sommaires, cette population en état d'exode succombait aussi des épidémies et simplement de l'épuisement inhérant à sa traque et à sa fuite désespérée pour traverser la Loire.

Image

La Virée de Galerne prend fin à Savenay, le 23 décembre 1793 où le gros des troupes, empêché de traversé la Loire, s'est enfuit. Les Vendéens y seront exterminés. Ceux qui n'auront pu fuirent seront sommairement jugés par la tribunnal révolutionnaire de Bignon, à Nantes, avant d'être exécutés. Dans son ouvrage, La Chouannerie et les guerres de Vendée, Nathalie Meyer-Sablé indique qu'il est de coutume de considérer la date du 23 décembre 1793 comme la fin des guerres de Vendée et le début de la chouannerie. En parallèle, la Convention établira un texte de loi pour ravager la Vendée militaire.


Bibliographie :
« Des charniers de Vendéens au Mans » par Matthieu MARIN, ouest-france.fr, 17 février 2009
« Une vingtaine de corps découverts aux Jacobins » par Matthieu MARIN, ouest-france.fr , 17 février 2009
Nathalie Meyer-Sablé, La Chouannerie et les guerres de Vendée, éditions Ouest-France, 2007
Chronique de la Révolution, Larousse - Éditions Chroniques, 1989
article Virée de Galerne sur Wikipedia - 3 février 2009

Commentaires   

0 #1 Clemenceau 25-03-2009 00:04
:cry: D'après Dominique Lambert de l'assoc. Vendée militaire, le terme employé à l'époque est "Tournée de Galerne".
J'ai quelques ancêtres qui l'ont faite et qui parviennent à traverser la Loire en dec.1793.
:sad: Mon ancêtre direct Pierre Clemenceau (1766-1793) se fait cueillir peu après à Botz, près de St-Florent-le-V ieil.
Voir mon blog clemenceaudupetitmoulin.center blog.net
Citer
0 #2 Angélica Bocquet 02-05-2009 22:34
c' est très interessant, cette cette période de l'histoire de France m'interesse beaucoup.
Citer
0 #3 Frédéric VOISINE 06-05-2009 13:39
Le Littré donne l'indication suivante :

"Tournées et virées, allées et venues".

Voilà qui devrait mettre tout le monde d'accord.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Joomla SEF URLs by Artio
2017  Lechat de la Voisine  globbersthemes joomla templates
logotype
free joomla templates