ascendance

  • Qu'est-ce que "Lechat de la Voisine" ?

    « Lechat de la Voisine » est un simple jeu de mot, clin d'œil à mon ascendance et prétexte à parler de mes ancêtres et des familles alliées. Ce site est donc prinipalement consacré à la généalogie.

    Bonne navigation.

  • Ascendance de René MARAIS
    Image
    Maquette de l'église de Brain-sur-Longuenée

    Je compte un nouveau secteur dans mes origines dans le canton du Lion-d'Angers. Vous pourrez ci-après décourvrir l'ascendance de René MARAIS, petit-fils de Jean MARAIS. Je descends déjà de Jeanne MOREAU par ailleurs, alors Jean MARAIS maintenant...

  • BOURGET, l'origine rémygeo-buzilliacéenne

    BOURGET est étymologiquement l'habitant d'un petit bourg. Ce patronyme est particulièrement présent dans mon ascendance et dans le Maine-et-Loire d'une manière générale.

  • Etienne FOYNEAU, receveur général du taillon pour la Bretagne

    Etienne FOYNEAU, mon ancêtre SOSA n°4156, 4348, 10492 et 5500 n'est pas représentatif de mes ascendants, pour la plupart laboureurs. Il attise néanmoins ma curiosité par son caractère insolite dans ma généalogie. En effet il occupa plusieurs fonctions dans l'admininstration de la province de Bretagne de la fin du XVIe au début du XVIIe siècle.

  • Fabien MOREAU et Marie RIZEAU

    Certains couples de mon ascendance laissent perplexe. J'aimerais en savoir davantage, remonter un peu pour percer le mystère.

  • Jacques CUPIF, un archer imaginaire

    « CUPIF (famille), originaire d'Écosse, Jacques, archer de la Garde écossaise, venu sans doute avec le connétable Buchan (ou un peu après) en France, serait resté au service de Charles VII et peut-être de René d'Anjou »

    Célestin Port, Jacques Levron, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou, H. Siraudeau et Cie, 1965

  • La Loire, une barrière généalogique

    Image

    Dans mon ascendance, La Loire a très probablement joué un rôle de "barrière généalogique". Découvrez pourquoi dans cet article.

  • Les pérégrinations de Jean François LORTIE

    Toute mon ascendance se situe essentiellement dans une zone triangulaire entre les villes de Candé (49), Nantes et Cholet, à cheval sur la Loire et les actuels départements de Loire-Atlantique et de Maine-et-Loire. Toute ? Non, une branche déroge à cette terrible règle de l'immobilité géographique. En effet, côté paternel, un certain Jean François LORTIE quitta son petit Perche (ou Perche-Gouët) natal pour s'établir en Anjou au début du XVIIIe siècle.

  • Les VOISINE de La Rouxière

    Les frères Voisine du Château

    Les VOISINE de la Rouxière ont occupés le Château de Peltré pendant près de 200 ans et leurs descendants y demeurent toujours. Le Château n’a pas toujours été habité par des porteurs du patronyme VOISINE. Vers 1796, ces derniers auraient succédés aux GAUDUCHON à la résidence du Château.

  • Pourquoi Jean et Madeleine BOURGET sont-ils frère et sœur ?

    Entre Beaupreau, Le Fief-Sauvin, Villeneuve et Le Puiset-Doré navigue une famille BOURGET. Je descends de Madeleine BOURGET d'une part et Jean BOURGET d'autre part.

    Madeleine et Jean sont frère et sœur. Comment le sait-on ?

  • Six ancêtres unis par les liens sacrés du mariage

    En terme de famille recomposée, l'époque contemporaine n'a rien inventé. Il n'est qu'a observer cet exemple de mes ancêtres du XVIIIe siècle dans la paroisse de la Rouxière (44).

    Image

  • Trouver une filiation sans acte de mariage

    Dans toute généalogie, la voie la plus rapide pour remonter le temps et trouver ses ancêtres est la consultation des mariages où sont mentionnés, jusqu'à une certaine époque, les parents des conjoints. Pour de multiples raisons, certains actes de mariage demeurent introuvables ou muets sur les parents des conjoints. Que faire alors pour poursuivre l'ascendance malgré tout ?