guerre de vendée

  • Actualité des guerres de Vendée

    Image
    Vendéens, Manceaux, soldats républicains, les trois hypothèses sont plausibles.

    « Des charniers de Vendéens au Mans » titrait ce matin Matthieu MARIN dans son article sur ouest-france.fr. La nouvelle est pour le moins surprenante, plus de 215 ans après la fin des guerres de Vendée, ce sujet d'actualité redonne un coup de projecteur sur cet épisode trouble de l'Histoire de France que Pierre PÉAN traîte d'ailleurs dans son dernier livre, « Une blessure française ».

  • Le mystérieux destin de Julien VOISINE

    Dans ma ligné patronymique il y a Julien VOISINE né le 13 mai 1737 au Bois à La Rouxière (44) puis baptisé le lendemain. En 1768, il épouse Jeanne MOREAU, originaire de la Boissière-du-Doré, descendante de familles bien instruites et probablement relativement aisées sans qu'on sache si elle-même l'était. Ce couple apparaît deux fois dans chacune des ascendances de mon grand-père et de ma grand-mère paternels comme dans celle de nombreux rouxiérois.

  • Massacres du Fief-Sauvin et Villeneuve

    ImageA l'instar des paroissiens du Puiset-Doré, les habitants du Fief-Sauvin et de Villeneuve n'ont pas été épargnés par les colonnes infernales en particulier la 9e colonne dirigée par Cordelier particulièrement zêlé à appliquer les décrets d'anéantissement de la Vendée militaire et d'extermination de ses habitants. Indistinctement, hommes, femmes, enfants, vieillards sont sommairement exécutés principalement en mars et février 1794. Les corps sont parfois enterrés par les proches là où cela semblait le plus rapide. Les registres de Villeneuve de 1794 montrent que la période est chaotique. Les événements sont désordonnés et renseignés par le prêtre MARTIN selon l'arrivée de l'information, parfois 1 an après la disparition.

  • Massacres du Puiset-Doré

    Image

    Le 1er août 1793, la Convention décrète la "destruction de la Vendée" au nom du salut de la Révolution. De janvier à septembre 1794, cette décision va être mise en application par l'intermédiaire du général Turreau, nouveau chef de l'armée de l'Ouest, à la tête de 12 "colonnes infernales" chargées de ravager la Vendée militaire par le feu et la bayonnette afin de mater définitivement la rebellion.

  • Victimes des guerres de Vendée à La Boissière-du-Doré

    La guerre civile opposant les vendéens aux bleus sévit également dans la paroisse de la Boissière (44), actuelle Boissière-du-Doré. Les circonstances de la mort donnent une idée du chao semé par les auteurs des exactions. On imagine les atrocités subies par les habitants enlevés avant d'être assassinés. Merci à Valérie JOUSSEAUME pour l'établissement de cette liste issue des bulletins municipaux de La Boissière (1905-1911). En caractères gras, mes ancêtres.

  • Victimes des guerres de Vendée à Maumusson

    Sur les registres paroissiaux des années 1793 à 1796, à Maumusson, sont recensés des victimes des « ennemis de la religion», il faut entendre des « soldats républicains » stationnés ici pour mater la rébellion vendéenne.