Les pérégrinations de Jean François LORTIE

Image
Lorsqu'il vit encore à Brou dans le diocèse de Chartres, mon ancêtre est étaminier ; autrement dit il fabrique de l'étamine, une étoffe légère. Fin octobre 1710 il perd sa première épouse et leur dernière née. Il lui restera sa fille Magdelaine qui prendera 10 ans au mois de janvier suivant. Quelle raison a poussé Jean François à partir en Anjou ? Je l'ignore pour le moment. En 1712, à Drain, il épouse Anne MOREAU, fille de René, maître chirurgien, et Mathurine FOYNEAU. Ils auront au moins 3 enfants : Jeanne (mon ancêtre), Françoise et Jean. La famille s'installe très probablement dans le village des Léards à Liré où Jean François est employé.

Je poursuis mes recherches sur Jean François LORTIE et notamment ses activités aux Léards, port de Liré sur La Loire. Dans toute généalogie on s'attache à des personnages. Parmi mes ascendants purement angevins ou bretons, ce percheron ne pouvait qu'attirer mon empathie d'autant que, par le jeu des implexes, j'en descends quatre fois. 


Imprimer   E-mail
Ajouter un Commentaire